CREATION automne 2018

POUR CE PROJET NOUS SOMMES EN RECHERCHE DE COPRODUCTEURS

hOMME

Spectacle tout public à partir de 10 ans.

Scolaires : CM2, collèges et lycées.

2 services de montage. 3 personnes en tournée.

Création novembre 2018

Spectacle tout public à partir de 10 ans.

 

Mise en scène: Daniel Calvo Funes,

avec la complicité de : Martial Anton

 Texte : Daniel Calvo Funes

Accoucheuse des textes et direction d’acteurs :

Isabelle Martínez

Scénographie : Charles Ríos

Ambiances son : Martial Anton

Construction décor : Michel Fagon et Charles Ríos

Création lumière - Régie son et lumière : Thomas Civel

Avec : Daniel Calvo Funes et Sara Fernandez

 

Coproductions et Partenaires : Théâtre Le Passage à Fécamp, scène conventionnée Théâtre et Objet - Maison du Théâtre à Brest - Centre Culturel Athéna à Auray - Le Strapontin à Pont Scorff, scène des arts de la parole - CREA à Kingersheim, Festival MOMIX… Et en cours…

  

Synopsis :

Damien a 10 ans, il vient d’emménager avec ses parents et sa sœur à la campagne après sa petite enfance passée en ville. Et voilà que déjà, il doit s’occuper de plein d’animaux. Il y a Mortadelo, son chat qui vient aussi de la ville. Mais aussi, Caboche la chèvre, les poules Cul-blanc, Noir-cul,  Toute-rousse, Cendre et les Petiotes.  Et encore, le coq Juan Carlos Primero, Genobeba l’ânesse, les lapins sans nom, Flecha et Enclenque, les chiens de chasse de son père. Pour ce dernier, c’est l’occasion de faire de son fils un homme, mais Damien ne perçoit pas les choses de la même façon que son père. Il a une toute autre intuition de ce que doit être l’Homme.

 

Scénographie.

De la même façon que Damien se confronte à un mur d’incompréhension, la scénographie comportera cet élément, le mur, comme autant d’enclos pour les animaux que de voies sans issue pour Damien.

Grace à un système de poulies, les accessoires et animaux marionnettes pourront arriver d’en haut, laissant un plateau nu.

Les marionnettes représenteront tous les animaux.

 

Intentions :

Sur le fond.

D’une façon ludique et amusante, il s’agira pour Damien d’entamer une réflexion entre « Homme » et « homme ». Faisant la différence entre l’être humain et l’être humain de sexe masculin.

 

Son père ne fera que prôner le deuxième, avec ce que pour lui doit être l’homme, fort physiquement et psychologiquement, chasseur, roi absolutiste face aux animaux.

Damien au contraire ne pense que par « Homme », et donc par l’humanité qui doit émaner de lui.

 

Les animaux seront la charnière de cette réflexion.

Si l’on manque d’humanité face aux autres colocataires de notre planète, les animaux, comment peut on se dénommer Homme ?

 

hOMME . Origine

Homme vient du latin classique hominem, accusatif de homo, désignant l'être humain, tandis que vir désigne l'individu mâle. À partir de l'époque impériale, homo tend à remplacer vir pour prendre aussi le sens d'« être humain du sexe masculin ».

Le mot latin homo dériverait du thème indo-européen ghem-, ghom-, ghm- qui serait le principal nom de la terre. L'être humain serait donc sorti de la terre, de l'humus, mot qui appartient à la même racine.[réf. nécessaire]

Au Moyen Âge, le mot homme signifie en français à la fois l'être humain considéré de façon générale en ce sens, il a donné le pronom indéfini on , et à la fois l'être humain de sexe masculin, l'individu mâle ayant acquis une certaine maturité physique et morale, le mari ou bien l'individu considéré par rapport à son activité.

 

_Sur la forme.

 

Avec comme élément central, le mur, le jeu se déroulera au dessus, devant et derrière celui-ci, et parfois même en dessous, laissant la porte ouverte à la métonymie, voir une partie pour imaginer le tout.

Ainsi on pourrait ne voir que les pattes et les pis de Caboche, la chèvre, les oreilles de l’ânesse Géneviève, les têtes et les queues de Flecha et Enclenque…

 

La figure du père sera absente, seule sa voix nous parviendra de façon économe, le plus important étant la pensée et dialogues de Damien avec les animaux.

 

_Sur l’écriture.

 

Damien viendra nous raconter, il s’agira donc d’un conte où le garçon sera le narrateur et protagoniste du conte. L’écriture sera basée sur des chapitres ou épisodes dans lequel l’un des animaux sera sa préoccupation actuelle.

 

Il y aura des moments qui glisseront vers le fantastique, qui amèneront la poésie, s’inspirant dans la littérature latino américaine de Garcia Marquez, Allende, Sepulveda…